En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le métro londonien met en place des annonces sonores inclusives

Cette mesure vise à mettre un terme à la discrimination des personnes non-binaires dans les transports londoniens.

(©Tseyin/CC/Flickr)

(© Tseyin/CC/Flickr)

"Good morning everyone", pourront désormais entendre les usagers du métro de Londres en lieu et place du traditionnel "ladies and gentlemen", anodin pour beaucoup, mais blessant pour d’autres. Une nouvelle annonce sonore LGBTQ+ friendly qui traduit l’attention toute particulière que porte l’administration de la capitale anglaise à la question des genres et de leur intégration.

"Nous voulons que chaque personne se sente accueillie dans notre réseau de transport", a assuré le directeur de la compagnie Transport for London (TfL), Mark Evers, à Metro. "Nous avons modifié le langage utilisé dans les annonces et ailleurs, et nous nous assurerons qu’il soit inclusif et qu’il reflète la diversité de Londres."

Après des mois de lobbying des associations LGBTQ+ auprès de ses services, le maire Sadiq Khan a finalement ouvert la voie à la modification des sons enregistrés. Le mois dernier, répondant à Siân Berry, membre du Parti vert, Sadiq Khan déclarait : "Je suis bien conscient que certains usagers ne se retrouvent pas dans les annonces."

Une prise de conscience venue en grande partie à la suite d’un incident mettant en scène Aimee Challenor, une jeune femme trans de 19 ans, et un employé de la TfL, en 2016. "Vous n’avez pas une voix de dame", lui avait-on dit lorsqu’elle avait appelé la hotline. Choquée, la jeune femme avait alors pu compter sur le soutien de Siân Berry pour faire entendre sa voix. La femme politique avait ensuite interpellé le maire de Londres, qui s’était empressé de s’excuser "sans réserves", avant d’annoncer des efforts dans la sensibilisation des employés aux questions de genre et d’égalité. Quelques mois plus tard, c’est le métro qui suit le mouvement.