En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Patrimoine de Balkany : la justice saisie par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique

Ce jeudi 9 novembre, la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique) a émis un "doute sérieux" concernant les déclarations de patrimoine du maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, et a par conséquent transmis son dossier aux "procureurs de la République compétents".

(© via la page Facebook de Patrick Balkany)

Ce jeudi 9 novembre, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a publié un communiqué de presse indiquant qu’après examen des déclarations de patrimoine établies par deux anciens députés, elle allait saisir la justice en raison d’un "doute sérieux" concernant ces dernières.

En effet, l’HATVP explique qu'"après instruction" des déclarations de fin de mandat de Patrick Balkany, ancien député LR de la 5e circonscription des Hauts-de-Seine, et de François-Xavier Villain, ancien député UDI de la 18e circonscription du Nord, elle remet en question "[leur] exhaustivité, [leur] exactitude et [leur] sincérité".

Puisque ce sont des faits "susceptibles de constituer des infractions pénales", la commission a indiqué avoir "transmis les dossiers concernés" à la justice :

"En application de l’article 40 du code de procédure pénale, la Haute autorité a jugé nécessaire de porter ces faits, susceptibles de constituer des infractions pénales, à la connaissance des procureurs de la République compétents et leur a transmis les dossiers concernés."

Déjà, le 19 janvier 2016, le maire de Levallois-Perret avait été mis en examen pour déclaration mensongère sur son patrimoine. Puis, quelques mois plus tard, en octobre 2016, Patrick et Isabelle Balkany avaient été mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale aggravée" pour avoir dissimulé plusieurs millions d’euros au fisc français par le biais d’une société immatriculée aux Seychelles.

À lire -> L’association Anticor demande à Emmanuel Macron de révoquer le couple Balkany