En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

60 000 personnes ont défilé à Varsovie à l’appel des nationalistes

Samedi 11 novembre, 60 000 personnes ont défilé dans les rues de Varsovie à l’occasion de la célébration de l’indépendance polonaise. Nationalistes et racistes ont exprimé leur haine, sans que leur comportement ne soit sanctionné de manière claire par le gouvernement.

Varsovie, Pologne, le 11 novembre 2017 : Un homme faisant un salut nazi durant la marche de l’indépendance. (© Lorena de la Cuesta/SOPA Images/LightRocket via Getty Images)

Samedi 11 novembre avait lieu la "Marsz Niepodległości". Il s’agit d’une marche annuelle organisée pour commémorer l’indépendance de la Pologne, retrouvée le 11 novembre 1918 après plus d’un siècle à être partagée entre les empires allemand, russe et autrichien.

Au fil des ans, cet événement a été récupéré par l’extrême droite, qui en a fait une grande célébration nationaliste. Soixante mille personnes, dont de nombreux militants nationalistes mais pas uniquement – on pouvait notamment voir dans la foule des familles et des personnes âgées, précise Le Monde –, ont donc répondu présent et ont défilé ce samedi dans les rues de la capitale polonaise, au milieu des fumigènes de couleur rouge.

Le mot d’ordre officiel était "Nous voulons Dieu", mais des tas d’autres slogans xénophobes ont été scandés tels que : "Prions pour un holocauste des musulmans", "Dieu, honneur et patrie", "Foutez le camp avec vos réfugiés", "Pas de Pologne islamiste, pas de Pologne laïque, mais une Pologne catholique" ou encore "À coups de marteau, à coups de faucille, battre la racaille rouge".

Le plus étonnant reste l’absence totale de condamnation de la part du gouvernement polonais. Le président, Andrzej Duda, s’est simplement contenté de déclarer, alors qu’il se rendait sur la tombe du Soldat inconnu : "Le plus important est l’attachement à notre patrie, à notre peuple. Cela devrait se placer au-dessus de tout : de nos divisions idéologiques, de nos différentes opinions politiques."

Au même moment de l’autre côté de la ville était organisée une manifestation antifasciste afin de protester contre la politique autoritaire du gouvernement.

À lire -> Le KKK multiplie les tracts de recrutement aux États-Unis