En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pour Gilbert Collard, la dédiabolisation du FN "est un piège à cons"

Le député Gilbert Collard était l’invité de l’émission Le Grand Matin ce lundi 11 septembre. Il a profité de son passage sur l’antenne de Sud Radio pour donner son avis sur la stratégie de dédiabolisation du Front national, qu’il a résumée ainsi : "Dédiabolisation, piège à cons."

Lundi 11 septembre, le député Front national de la 2e circonscription du Gard, Gilbert Collard, était l’invité de Sud Radio. Après avoir critiqué l’action de l’État à la suite de l’ouragan Irma, et jugeant le gouvernement "incapable de réflexion", il s’est attaqué à son propre parti en répondant aux interrogations d’auditeurs.

Parlant modestement de "véritable révolution copernicienne" le concernant, il a déclaré avoir changé d’avis vis-à-vis de la stratégie de communication entreprise par Florian Philippot et Marine Le Pen afin de rendre le parti plus attractif :

"J’ai toujours été un partisan de la dédiabolisation. Eh bah, c’est un piège à cons. Parce que, de toute manière, ils ne cesseront de nous diaboliser, pour une bonne raison : c’est qu’ils ont besoin, absolument, de nous mettre sur le côté pour continuer à combiner entre eux. Ils ont besoin de nous, on est le repoussoir qui leur permet d’aller, les uns et les autres, dans leurs propres bras. Donc la diabolisation, même si on voulait nous canoniser, elle continuerait à exister."

Gilbert Collard a également expliqué qu’il considérait que la dédiabolisation était un "instrument politique majeur de la domination du pouvoir par la classe en place, par le système en place". Une opinion critique qu’il avait déjà fait connaître en octobre dernier, lorsqu’il avait déclaré au sujet de cette même stratégie de dédiabolisation du parti : "Je pense que ça éloigne de nous beaucoup de gens."

De son côté, la présidente du FN, Marine Le Pen, est en pleine opération séduction et fait un tour de l’hexagone afin d’opérer la "refondation" du parti.

À lire -> Alerte misogynie : pour Gilbert Collard, il est trop difficile d’être mère et femme politique