En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pour un député LREM, certains chômeurs "partent en vacances aux Bahamas" avec leurs allocs

Selon le député de la première circonscription de Seine-Maritime, Damien Adam, le chômage français est un "système qui marche sur la tête" car "certaines personnes [...] partent en vacances aux Bahamas grâce à l’assurance chômage". CFQD.

(© Clip de PNL, J'suis QLF)

Le 4 novembre, Damien Adam, député de la première circonscription de Seine-Maritime, a accordé une interview au quotidien régional Paris-Normandie afin de tenter de répondre à la problématique : "Faut-il davantage contrôler les chômeurs ?" L'entretien est plutôt passé inaperçu jusqu'à ce que le socialiste Arnaud Mouillard n'en relaye un passage sur son blog.

Durant cet échange, lorsque le journaliste Rémi Le Lez demande à l'élu s'il faut "durcir les critères des contrôles au risque de faire face à la fronde des partenaires sociaux", la réponse du député La République en marche évoque des chômeurs qui partiraient se la couler douce au soleil aux frais de ses concitoyens travailleurs :

"Ce n’est pas une question de sévérité mais plutôt de définir des règles claires et comprises par tout le monde. Car quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l’assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête !

Nous souhaitons que les demandeurs d’emploi se disent que la nation leur fait confiance à condition de respecter les règles."

Comme le relève Le Lab' d'Europe 1, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait tenu des propos similaires il y a quelques temps, en lançant à l'occasion d'une interview sur BFMTV : "la liberté, ce n'est pas de bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances." Bah ouais... bande de fainéants !

À lire -> "Je ne suis pas le Père Noël" : la visite tendue de Macron en Guyane