En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Présidentielle en Russie : une ex-star de téléréalité annonce sa candidature

Mercredi 18 octobre, celle qui fut longtemps surnommée "la Paris Hilton russe", Ksenia Sobtchak, a annoncé son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2018.

(© Wikipedia - Evgeniy Isaev)

Mercredi 18 octobre, l’ancienne présentatrice de télévision Ksenia Sobtchak a annoncé son intention de présenter sa candidature à l’élection présidentielle russe, dont le premier tour aura lieu le 18 mars prochain. Elle n’est pour l’instant affiliée officiellement à aucun parti ou mouvement politique.

Âgée de 35 ans, Ksenia Sobtchak a été rédactrice en chef d’un magazine de mode et animé plusieurs émissions de téléréalité, notamment une intitulée "Top Models à la russe". Cette dernière est la fille de l’ancien maire de Saint-Pétersbourg, Anatoli Sobtchak, ancien proche de Vladimir Poutine.

Sur son site de campagne, elle a déclaré qu’elle se présentait au poste de présidente de la Fédération de Russie car elle dispose du droit de le faire : "Comme tout citoyen de Russie, j’ai le droit de me présenter à la présidentielle. J’ai décidé d’utiliser ce droit, ne serait-ce que parce que je suis contre tous ceux qui utilisent ce droit d’habitude".

Comme le rappelle BFMTV, il faut que sa candidature parvienne à réunir 300 000 signatures de soutien, que la Commission électorale devra par la suite valider, pour que Ksenia Sobtchak soit officiellement candidate.

"Je vois bien le plan répugnant du Kremlin"

Ksenia Sobtchak est accusée par ses détracteurs de faire partie de l’opposition contrôlée. En effet, certains adversaires politiques de Vladimir Poutine l’accusent d’avoir monté en la personne de Ksenia Sobtchak un stratagème pour s’assurer d’être réélu.

Considérant que la jeune femme sera décrédibilisée par son côté superficiel et loin du peuple, beaucoup soupçonnent le Président russe d’être à l’origine de sa décision de se présenter afin de donner plus de poids à sa propre candidature. L’opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexei Navalny, a lui-même déclaré qu’il s’agissait selon lui d’un "plan du Kremlin" :

"Sa campagne sera certainement financée par un oligarque ou l’administration présidentielle. Pourquoi ? Parce qu’ils ont besoin d’une caricature d’un candidat libéral. […]

Je vois bien le plan répugnant du Kremlin : présenter une candidature libérale caricaturale […] qui va récolter très peu de voix, mettre la population très en colère, et de nouveau transformer le mot opposition en insulte pour une assez longue période."

Pour rappel, le 17 octobre dernier, le principal opposant de M. Poutine, Alexei Navalny, a été jugé et déclaré inéligible par la Commission électorale russe, et ce jusqu’en 2028, en raison d’une condamnation passée à cinq ans de prison avec sursis. Il est actuellement en prison pour avoir appelé à manifester sans autorisation.

À lire -> Vladimir Poutine vire 755 diplomates américains du territoire russe