En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Fin du charbon et des voitures à essence : Nicolas Hulot a présenté son "Plan climat"

Jeudi 6 juillet, le ministre de la Transition énergétique et solidaire a présenté son "Plan climat", qui vise à lutter contre le réchauffement de notre planète. 

PARIS, FRANCE - MAY 18: Newly appointed French Minister of the Ecological and Social Transition Nicolas Hulot leaves the Elysee Presidential Palace after the first weekly cabinet meeting on May 18, 2017 in Paris, France. French President Emmanuel Macron met for the first time the members of the government. (Photo by Chesnot/Getty Images)

Nicolas Hulot, ministre de la Transition énergétique et solidaire, à Paris le 18 mai. (© Chesnot/Getty Images)

Le ministre de la Transition énergétique et solidaire a tenu une conférence de presse jeudi 6 juillet, afin de présenter son "Plan climat". Évoquant en préambule une menace pour la planète "diffuse [et] aléatoire" et qualifiant les enjeux climatiques de "pierre angulaire de la solidarité universelle", Nicolas Hulot a expliqué que l’objectif de ce plan est "d’accélérer la mise en œuvre de l’accord de Paris". Il a tenu à préciser que "ce [plan n’était] pas une fin en soi" mais simplement "une colonne vertébrale", continuant sa métaphore corporelle ainsi : "Par définition, sur cette colonne, on pourra rajouter des vertèbres et greffer un certain nombre d’éléments."

Le ministre a commencé par reconfirmer sa volonté de diviser par deux "la part du nucléaire dans le mix énergétique d’ici à 2025" puis a listé les six principaux objectifs que fixe ce plan, à savoir : "rendre irréversible la mise en œuvre de l’Accord de Paris, améliorer le quotidien de tous les Français, en finir avec les énergies fossiles et s’engager dans la neutralité carbone, [rendre] la France n°1 de l’économie verte, encourager le potentiel des écosystèmes et de l’agriculture [et] intensifier la mobilisation internationale sur la diplomatie climatique". Pour cela, plusieurs mesures ont été évoquées, parmi lesquelles :

  • La fin des voitures à essence et diesel d’ici 2040

Le ministre a qualifié cette promesse "d’agenda de santé publique". Pour encourager les ménages les plus modestes à délaisser leurs éventuels véhicules polluants, il a annoncé la mise en place d’une prime incitative allouée à ceux d’entre eux qui choisiraient de remplacer leur voiture fonctionnant au diesel ou à essence, sans préciser son montant :

"On va accélérer le développement des aides pour l’achat de voitures moins polluantes, à destination des ménages les plus modestes [avec] une prime de transition pour remplacer un diesel datant d’avant 1997, ou essence d’avant 2001, par un véhicule plus propre neuf ou d’occasion."

  • L’augmentation de 40 % de la taxe carbone

Dans le but d’aboutir à une "neutralité carbone", c’est-à-dire à une compensation totale des émissions de gaz à effet de serre, Nicolas Hulot a annoncé une mesure dissuasive : l’augmentation de la taxe carbone. D’après Le Figaro, le ministre veut faire grimper le prix de la tonne de carbone de 40 % d’ici 2030.

  • La fin du charbon

Le ministre a annoncé la fermeture de nos quatre centrales à charbon d’ici 2022. France Info rappelle que Nicolas Hulot devrait "commencer par annoncer la création de contrats de transition. Ces protocoles, établis pour une zone dans laquelle une usine va fermer, prévoiront des négociations entre les syndicats et les industriels afin de préparer les emplois de demain".

  • L’éradication des "passoires thermiques"

Les passoires thermiques sont des bâtiments "mal isolés et consommant trop d’énergie", comme le rappelle L’Express. Nicolas Hulot a annoncé leur éradication d’ici dix ans : "Le gouvernement va proposer à tous les Français modestes un diagnostic aux locataires et propriétaires en situation de précarité énergétique, qui ont du mal à se chauffer". L’ancien reporter écolo a ajouté que "produire son énergie et la consommer soi-même est un objectif" vers lequel il faut tendre.

À lire -> L’Union européenne s’accorde sur une définition des perturbateurs endocriniens : mais en fait, c’est quoi ?