Quand Donald Trump annonce la vente d’avions… qui n’existent que dans Call of Duty

Lors d’une conférence de presse le 10 janvier, le président américain a annoncé la vente d’avions F-52 à la Norvège. Sauf qu’il s’agit d’un modèle fictif, pilotable uniquement dans le jeu vidéo Call of Duty.

Très fier d’être parvenu à faire des affaires et à vendre des avions à la Norvège, le président des États-Unis a prononcé un discours à la Maison-Blanche mercredi 10 janvier, aux côtés de la cheffe du gouvernement norvégien, Erna Solberg. Dans cette allocution, traduite par Ouest-France, Donald Trump a ainsi annoncé :

"En novembre, nous avons entamé la livraison des premiers avions de combat de type F-52 et F-35. Pour un total de 52 appareils, le début de la livraison est par ailleurs un peu en avance sur le calendrier."

Le président américain a simplement fait une petite confusion entre le nombre d’avions qui ont été négociés, c’est-à-dire 52, et le nom du modèle des appareils qui ont réellement été vendus. Il s’agit des avions "F-35", les avions de chasse les plus chers du monde, d’après Les Échos.

Cela serait sûrement passé inaperçu et resté une simple anecdote si le modèle F-52 n’existait pas vraiment… dans le jeu vidéo Call of Duty : Advanced Warfare. Cette erreur fut très rapidement repérée par le Washington Post, qui fit mine de s’interroger : "Était-ce un avion secret capable de battre les Russes ?"

Quoi qu’il en soit, l’armée américaine semble très bien équipée pour contrer l’ennemi : entre des avions de jeux vidéo et les techniques imparables de l’adjudant du Pentagone, John Troxell, la première puissance mondiale semble inattaquable. En effet, jeudi 10 janvier, ce dernier suggérait dans une publication postée sur Facebook de tuer les djihadistes de l’État islamique par tous les moyens… y compris à coups de pelle.

À lire -> En roue libre, un responsable du Pentagone suggère d’achever les djihadistes à coups de pelle