De joueur du PSG à président du Liberia : retour sur le parcours exceptionnel de George Weah

L’ancien attaquant du PSG a officiellement remporté l'élection présidentielle au Liberia.

Imaginez un jour que Zinédine Zidane devienne président de la République. C’est l’équivalent de ce qui vient de se passer au Liberia, ce petit pays côtier de l’ouest de l’Afrique. Jeudi 28 décembre, la Commission électorale nationale (NEC) a officiellement validé les résultats de l’élection présidentielle dont l’ancien joueur de foot George Weah est sorti victorieux, avec 61,5 % des voix au second tour, comme le rapporte Le Monde.

Véritable star dans son pays, celui qu’on surnomme "Mister George" jouit également d’une solide cote de popularité en Europe. Passé par les plus grands clubs du vieux continent (AS Monaco, Milan AC, OM…), il a surtout marqué l’histoire du PSG dans les années 1990 en devenant le meilleur buteur de son club.

Élevé dans les bidonvilles de Monrovia, la capitale du Liberia, George Weah a d’abord été repéré pour jouer au Cameroun grâce à son talent sur les terrains de foot, avant de s’envoler pour la France, après avoir été recruté à l’âge de 22 ans par l’AS Monaco. Quatre ans plus tard, il rejoint le PSG où il restera trois ans.

C’est durant cette période que le Libérien se fait naturaliser français. Il quitte ensuite le club parisien pour le Milan AC, où il restera quatre saisons et sera surtout sacré Ballon d’or en 1995, devenant ainsi le premier joueur non européen à obtenir cette récompense.

https://it.wikipedia.org/wiki/File:Champions_League_1994-95_-_Milan_vs_PSG_-_George_Weah_e_Franco_Baresi.jpg

George Weah en 1995, lorsqu’il jouait au PSG. (© Wikicommons/CC)

"Il vient de la crasse, du bas de l’échelle"

Il continuera ensuite à jouer en Angleterre, puis à nouveau en France (à l’OM), avant de partir un temps aux Émirats arabes unis et de terminer sa carrière en 2007. Parallèlement, il entame une reconversion politique au début des années 2000. Le Liberia sort alors à peine d’une guerre civile qui aura duré près de 15 ans, de 1989 à 2003, et fait plus de 250 000 morts.

Il se présente pour la première fois à la présidence de la République en 2005, mais Ellen Johnson Sirleaf le bat au second tour– un scénario qui se répétera en 2011. Élu sénateur en 2014, il accède finalement trois ans plus tard au poste de président de la République, notamment grâce au soutien des jeunes, pour lesquels il représente un espoir : "Parce qu’il est comme nous. Il vient de la crasse, du bas de l’échelle", explique ainsi un jeune Libérien interrogé par Le Monde.

Aujourd’hui âgé de 51 ans, George Weah va devoir redoubler d’efforts pour être à la hauteur des attentes de son peuple. En effet, le Liberia, peuplé de 4,6 millions d’habitants, a été particulièrement touché par l’épidémie du virus Ebola de 2013-2016, ce qui a contribué à ralentir sa croissance économique.

Les défis à relever sont nombreux en termes d’éducation, de santé ou encore d’infrastructures. Le nouveau président a choisi Twitter pour répondre à ses détracteurs, qui mettent notamment en cause son inexpérience.

Traduction : "Mes chers compatriotes, je ressens profondément l’émotion de toute la nation. Je mesure l’importance et la responsabilité de l’immense tâche que je dois embrasser aujourd’hui. Le changement est en route."

À lire -> Lutte contre Ebola : 5 millions d’euros ont été détournés, annonce la Croix-Rouge