En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Radio France lance Urgence Info Îles du Nord, une station pour les sinistrés de l’ouragan Irma

Coupées du monde, les personnes frappées par l’ouragan Irma souffrent du manque d’informations. Une situation à laquelle Radio France a décidé de répondre rapidement.

Ce dimanche 10 septembre, à 10 h 30, une radio éphémère a commencé sa diffusion depuis l’émetteur de l’île de Saint-Martin, détruite à 95 %. Pour celles et ceux qui parfois ont tout perdu, le manque d’informations est intenable : où en sont les ravitaillements ? Quelles sont les consignes de sécurité ? Que fait le gouvernement ?

C’est pour répondre à ces interrogations, et bien d’autres, que le groupe public Radio France a décidé de lancer Urgence Info Îles du Nord, une station exclusivement destinée aux sinistrés, sur la fréquence 91.1 FM. À terme, les habitants de Saint-Barthélemy devraient également avoir accès à cette précieuse source d’information. Mais pour l’heure, l’état de l’émetteur de l’île ne permet pas de diffuser quoi que ce soit.

"Quand il n’y a plus rien, il reste la radio"

C’est France info qui pilotera l’opération depuis Paris, en lien permanent avec leurs journalistes déjà présents sur le terrain. Pour Vincent Giret, nouveau directeur de la chaîne, la question ne s’est pas posée : "C’est une mission de service public. On a créé des radios éphémères pour venir en secours et donner le maximum d’informations aux gens qui sont en détresse absolue." Entre points sur la météo, la sécurité, les distributions de rations ou encore les gestes sanitaires à adopter, la radio guidera 24 heures sur 24 les sinistrés et leur assurera un contact constant avec l’extérieur, alors que certaines zones restent toujours très difficiles d’accès.

"Tant qu’il y en aura besoin, nous serons là", poursuit Vincent Giret, qui tient également à insister sur le professionnalisme des envoyés spéciaux dépêchés sur place. Entre les pillages de magasins, les risques sanitaires et les difficultés du gouvernement à maintenir l’ordre, la qualité de l’information est devenue plus que jamais un enjeu de premier plan. C’est pourquoi le directeur de la station assure que France info "met l’accent sur la vérification et la certification de l’information, et là plus que jamais bien évidemment, car il s’agit ici de gens dans la détresse. Il faut de la fiabilité. Il faut que les gens entendent qu’il y a une mobilisation publique, privée ou humanitaire".

Coincé dans un hôtel de Saint-Barthélemy après le passage d’Irma, l’un de nos confrères nous racontait la détresse de se sentir abandonnés, "coupés de toute info". Alors que l’électricité tarde à revenir et que le réseau téléphonique permet tout juste de passer des appels, miser sur la radio relève donc du bon sens : "Quand il n’y a plus rien, il reste la radio. C’est un outil formidable !" conclut Vincent Giret.