En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La République en marche va créer son propre "média"

Vendredi 7 juillet, La République en marche a choqué beaucoup d’internautes en annonçant vouloir créer son propre "média" et "développer sa propre production de contenus". LREM est pourtant loin d’être le seul mouvement politique à avoir choisi ce type de stratégie de communication.

© Instagram/Emmanuel Macron

© Instagram/Emmanuel Macron

Vendredi 7 juillet, les déclarations d’une porte-parole de La République en marche (LREM) ont eu l’effet d’une mini-bombe sur les réseaux sociaux : le mouvement politique d’Emmanuel Macron voudrait "se constituer comme un média". LREM entendrait ainsi "aller là où les médias ne vont pas" et compte "recruter des rédacteurs et des vidéastes pour faire connaître les initiatives et les messages de ses adhérents sur le terrain".

"C’est à nous de monter sur des thématiques, nous avons un champ d’expression qui touche la vie des gens. Les syndicats, le gouvernement vont s’écharper, or c’est loin de la vie des gens. Nous montrerons cette dynamique de l’engagement citoyen", aurait expliqué la porte-parole.

À l’annonce de la création de ce "média", beaucoup (de journalistes) ont craint un nouveau repli d’Emmanuel Macron vis-à-vis de la presse, les relations entre le président et les médias étant pour le moins tendues, après certains épisodes récents, comme la volonté affichée par l’équipe présidentielle de choisir les journalistes qui suivront Emmanuel Macron lors de ses déplacements ou la forte réduction du nombre d’interviews données par le président depuis son élection (le traditionnel entretien présidentiel du 14-Juillet sera par exemple zappé).

Sur les réseaux sociaux, les critiques d’anonymes et de journalistes ne se sont donc pas fait attendre après l’annonce de la création du "média" de La République en marche :

Rien de nouveau sous le soleil

Sauf que LREM n’invente rien en créant son propre "média". Le mouvement s’inscrit même dans la lignée de nombreux autres partis politiques français de tous bords, qui se sont lancés à un moment donné dans ce type de communication. Beaucoup d’entre eux continuent d’ailleurs de le faire…

Jean-Luc Mélenchon, dont la chaîne de vidéos YouTube compte actuellement près de 370 000 abonnés, a créé en 1979 le magazine L’Heure du peuple, un journal qui compte près de 1 500 numéros si l’on en croit son site, et qui entend "décrypt[er] l’actualité de manière tranchante et enquête[r] sur les racines des grands problèmes sociaux, économiques et écologiques de notre temps".

Les Républicains disposent eux aussi de leurs médias, existant sous la forme de plusieurs magazines papier payants : Les Républicains magazine, qui compte à ce jour 76 numéros, Le Mouvement des idées ou encore Le Bulletin des élus locaux. Au Parti socialiste (PS), il y a L’Hebdo des socialistes (868 numéros) qui contient des articles et des interviews sur le parti et sur l’actualité.

N’oublions pas le Front national (FN), qui n’a pas à ce jour de magazine papier selon BFM TV, mais qui produit de nombreux contenus vidéo visibles sur son site et sur YouTube, comme le très polémique "journal de bord" vidéo de son président d’honneur Jean-Marie Le Pen. Sans parler des chaînes YouTube des poids lourd du parti, comme celle de Florian Philippot par exemple, lancée le 10 janvier 2017.

La volonté de La République en marche de créer un média ? "Rien de plus classique pour un parti politique", note le journaliste politique Frédéric Says sur France Culture. Avant de poursuivre, comme en réponse à la tempête que cette annonce a déchaînée dans les rédactions : "Faut-il que les journalistes aient perdu confiance en leur propre influence, en leur singularité, pour craindre d’être concurrencés par un média officiel dédié à célébrer le macronisme en marche…" On vous laisse méditer là-dessus.