En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

François Ruffin porte un maillot de foot à l’Assemblée… et écope d’une amende de 1 378 euros

Pour avoir arboré un maillot de foot dans l’hémicycle lors d’une prise de parole sur le projet de loi visant à taxer les gros transferts de sportifs, le député de la 1re circonscription de la Somme a écopé d’une sanction : une retenue de 1 378 euros sur son indemnité parlementaire.

Jeudi 7 décembre, lors d’un débat à l’Assemblée nationale, dont les bancs étaient d’ailleurs plutôt clairsemés, au sujet d’une proposition de loi du député Michel Zumkeller visant à taxer les gros transferts dans le milieu du football, le député du mouvement Picardie debout, François Ruffin, s’est fait remarquer.

Dans un discours adressé à la ministre des Sports Laura Flessel, le rédacteur en chef de Fakir a retiré son pull pour offrir aux regards un maillot de football. Il a dédié sa prise de parole à tous "les Franck, les Florence, les Mohammed, les Antoine qui font vivre tous [les] clubs loin de la loi du marché, avec pour seul but : donner envie à nos gamins". L’élu de la 1re circonscription de la Somme a ensuite poursuivi en ces termes :

"Vous ne nous avez parlé que de compétitivité, de parts de marché, d’attractivité, avec un raisonnement de trader. Je voudrais vous en parler autrement, humainement."

Il y a quelques jours, François Ruffin avait déjà tapé le ballon dans la cour de l’Assemblée nationale pour faire parler de ce projet de loi dont le but est de taxer les gros clubs de 5 % lors de transfert de joueurs afin d’aider financièrement les clubs amateurs. Ce projet de loi a été rejeté au motif que la régulation de ces sommes d’argent devrait être faite à l’échelle européenne.

"Vos extravagances vestimentaires ne rendent pas hommage au travail que nous devons mener"

Cette intervention a valu à l’élu insoumis une remontrance de la part du vice-président de l’hémicycle, Hugues Renson (LREM), qui l’a rappelé à l’ordre :

"Le respect dû à nos débats […] implique une tenue correcte qui soit digne des lieux. […]. Vos extravagances vestimentaires ne rendent pas hommage au travail que nous devons mener dans cet hémicycle."

Le réalisateur de Merci patron ! a ensuite été notifié qu’il écopait d’une sanction privative d’un quart de sa rémunération parlementaire, soit 1 378 euros, au motif de "provocation envers l’Assemblée ou son président" ainsi que d’un rappel à l’ordre "avec inscription au procès-verbal", comme le stipule le règlement.

Le montant de la sanction de François Ruffin est donc supérieur à sa rémunération mensuelle, puisqu’il avait déclaré après son élection qu’il se paierait au Smic, soit 1 149,07 euros, net d’impôts :

"J’ai pris trois engagements auprès des électeurs. […] Me payer au Smic, ensuite avoir un mandat révocable, si 25 % des inscrits de ma circonscription souhaitent que je dégage, eh ben je m’en irai."

À lire -> Élu député, François Ruffin touchera le Smic et aura un mandat révocable