En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Russie : principal opposant à Poutine, Alexeï Navalny ne pourra pas se présenter à la présidentielle

Alexeï Navalny semblait être le seul opposant politique en mesure de peser face à Vladimir Poutine.

Moscou, le 24 décembre 2017. Alexeï Navalny durant son audition devant la Commission électorale. (© Alexander Shcherbak/TASS via Getty Images)

Il n’y avait pas que des cadeaux, lundi 25 décembre, sous le sapin d’Alexeï Navalny. Alors que la plupart d’entre nous célébraient Noël, cet opposant à Vladimir Poutine apprenait qu’il ne pourrait pas se présenter à l’élection présidentielle qui se tiendra en Russie le 18 mars prochain.

La Commission électorale russe a massivement voté contre la candidature de cet avocat de 41 ans, invoquant une précédente condamnation pour détournement de fonds. Cet arbitrage laisse définitivement la voie libre à l’actuel président Vladimir Poutine, en lice pour un quatrième mandat.

Alexeï Navalny avait été condamné en février dernier à cinq mois de prison avec sursis pour une affaire remontant à 2009. Si la Cour européenne des droits de l’homme avait qualifié le premier procès de "non équitable" et condamné la Russie à lui verser 79 000 euros, la Commission électorale russe avait averti qu’elle prononcerait son inéligibilité.

Appel au boycott

Surnommé le "Julian Assange russe", Alexeï Navalny n’a pas pour autant prévu de baisser les bras, n’hésitant pas à appeler ses partisans à boycotter le scrutin.

"Nous avons un plan clair et simple. […] Nous annonçons un boycottage de l’élection. Le processus auquel on nous demande de participer n’est pas une vraie élection. Il n’y aura que Poutine et les candidats qu’il a personnellement sélectionnés", a-t-il déclaré dans un enregistrement vidéo.

Très influent sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny s’est fait connaître au début des années 2010 en dénonçant la corruption dans son pays. Les vidéos qu’il poste sur YouTube, notamment, obtiennent souvent plusieurs centaines de milliers de vues. Il est particulièrement soutenu par la jeunesse, malgré un passé politique trouble et des idées frôlant parfois avec l’extrême droite, comme le rapporte Le Journal du dimanche.

À lire -> Présidentielle en Russie : une ex-star de téléréalité annonce sa candidature