Anne Hidalgo affirme que sa bataille "n’est pas contre la voiture mais contre la pollution"

Anne Hidalgo a accordé un entretien au Monde, dans lequel elle revient sur la politique antipollution qu’elle mène à la tête de la mairie de Paris – et qui suscite de nombreuses critiques. Elle a également annoncé de nouvelles interdictions de véhicules.

Anne Hidalgo en 2016. (© UN Climate Change/Flickr/CC)

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a accordé un entretien au quotidien Le Monde, paru ce mardi 23 janvier. Elle y revient sur les nombreuses mesures mises en place depuis sa prise de fonction, telles que la piétonisation des voies sur berge, ou encore l’interdiction des voitures à diesel d’ici 2024 et de celles à essence en 2030.

Concernant cette interdiction, l’édile persiste à assurer qu’il s’agit d’une "mesure très populaire", que les Parisiens ont "compris", et rappelle qu’elle a été élue sur un programme qui annonçait ces politiques précises. À la question "La voiture, c’est une bataille politique ?", Anne Hidalgo répond : "Ma bataille n’est pas contre la voiture, mais contre la pollution" et poursuit :

"C’est un changement de modèle. Certains le voient comme une contrainte, comme s’ils perdaient une part de leur confort. Or c’est une opportunité, y compris économique. […]

Je sais que c’est compliqué car cela nécessite des changements de modèle économique et industriel, de comportements personnels. Et ça ne se fait pas naturellement pour certains. Donc il faut les accompagner."

Anne Hidalgo a également précisé les nouvelles interdictions qu’elle compte mettre en place :

"[…] Nous interdisons les véhicules polluants progressivement selon les dates que nous avions annoncées. Les Crit’Air 4 seront interdits au premier semestre 2019, puis les Crit’Air 3 en 2022, pour arriver à la fin du diesel à Paris en 2024.

En ce qui concerne la fin des véhicules thermiques, d’ici à 2030, c’est une mesure du plan climat que je soumettrai à la votation citoyenne."

Pas de mention des rats

Cette "votation citoyenne" sera organisée au printemps prochain et Anne Hidalgo a annoncé qu’elle voulait ouvrir le vote à toutes les personnes âgées de plus de 15 ans, "car il s’agit de leur avenir", ainsi qu’aux résidents non-communautaires.

Concernant la mise en place de nouveaux Vélib', qui n’a pas répondu aux attentes des Parisiens, Anne Hidalgo a annoncé le remboursement des abonnements pour le mois de janvier et évoque la possibilité de rembourser le mois de février également, "si les retards persistent".

Enfin, Anne Hidalgo a expliqué qu’elle "regrett[ait]" que les transports en commun ne soient plus gratuits en cas de pic de pollution. En revanche, la question de la prolifération des rats dans la capitale n’a pas été abordée.

Luc Ferry, ancien ministre de l’Éducation nationale sous Jacques Chirac, a réagi à la publication de cet entretien, en qualifiant la politique de l’élue socialiste de "liberticide" et, au bout du compte, "hyperpolluante" :

À lire -> Morano et Hidalgo dans le top 5 des personnalités politiques les plus détestées des Français