En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Selon Le Canard enchaîné, le contrôle des chômeurs va être grandement durci

D’après Le Canard enchaîné du 27 décembre, le ministère du Travail préparerait "en secret" un durcissement du contrôle des chômeurs.

(© Flickr)

Dans son édition du mercredi 27 décembre, Le Canard enchaîné assure avoir eu accès à une note confidentielle du ministère du Travail, rédigée "en secret" par le directeur du cabinet de Muriel Pénicaud, Antoine Foucher, et envoyée il y a une dizaine de jours aux différents partenaires sociaux en vue des négociations de janvier.

Le but ? D’après ce document, il s’agira de "permettr[e] de moderniser les règles relatives à la proposition d’une offre raisonnable d’emploi. Elle sera génératrice d’une meilleure application des règles et d’un accompagnement plus efficace des demandeurs d’emploi".

Dans cette note figureraient toutes les idées du gouvernement pour contrôler les chômeurs, comme l’obligation pour chaque personne en situation de recherche d’emploi de remplir un "rapport d’activité mensuel" afin de rendre compte de son avancée.

Mais pas seulement : son indemnisation pourrait être réduite de moitié pendant deux mois si sa recherche est jugée insuffisante, s’il refuse une formation ou une offre d’emploi dite "raisonnable". En cas de "récidive", c’est zéro chômage pendant deux mois.

"Lutter contre les chômeurs, ce n’est pas lutter contre le chômage"

Il ne s’agit pas d’une surprise puisque Emmanuel Macron l’avait annoncé durant sa campagne : "Un chômeur pourra refuser un emploi, mais pas deux", et cette proposition figurait dans le programme présidentiel de la République En marche ! :

"La contrepartie [des] droits nouveaux sera un contrôle accru de la recherche d’emploi, pour lequel les moyens de Pôle Emploi seront renforcés et les sanctions rendues justes et crédibles.

À l’arrivée à Pôle Emploi, un bilan de compétences sera réalisé dans les 15 jours. Si plus de deux emplois décents, selon des critères de salaire et de qualification, sont refusés ou que l’intensité de la recherche d’emploi est insuffisante, alors les allocations seront suspendues."

Cette déclaration avait beaucoup fait réagir, notamment en raison de la complexité à définir l’adjectif "décent". Avec l’article du palmipède, les réactions sur les réseaux sociaux sont encore une fois nombreuses. Le député France Insoumise de la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière, a lui aussi réagi en qualifiant cette réforme d'"inacceptable" :

De son côté, l’élu du Parti communiste dans le Nord, Fabien Roussel, propose "d’invers[er] la pression", c’est-à-dire de "donner le pouvoir à chaque chômeur cherchant activement du travail de pouvoir sanctionner Pôle Emploi si ce dernier est incapable de lui proposer au moins deux offres à temps plein".

À lire -> Pour un député LREM, certains chômeurs "partent en vacances aux Bahamas" avec leurs allocs