Condamné à 20 ans de prison, un ex-officier croate se suicide au Tribunal pénal international de La Haye

Mercredi 29 novembre, après la confirmation en appel de sa condamnation à vingt ans de prison, Slobodan Praljak, un ex-général des forces croates, a avalé du poison en pleine salle d’audience. Il est mort quelques heures plus tard.

Mercredi 29 novembre, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, situé à La Haye, devait rendre son verdict en appel à propos du cas de Slobodan Praljak. Ancien officier supérieur de l’armée des Croates de Bosnie, âgé de 72 ans, celui-ci était poursuivi pour crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, commis lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine dans les années 1990 mais également pour "entreprise criminelle commune" aux côtés de six anciens dirigeants et chefs militaires croates.

À l’annonce du verdict, qui a confirmé en appel sa condamnation à vingt ans de prison, l’accusé s’est levé en criant "Praljak n’est pas un criminel ! Je rejette votre verdict". Puis il a avalé le contenu d’une fiole, qui a été ensuite été confirmé comme étant du poison. La scène a été capturée par les caméras de la salle d’audience.

Malgré la présence d’une ambulance et d’un hélicoptère envoyés immédiatement sur place, Slobodan Praljak est mort un peu plus tard dans la journée. Le juge a immédiatement qualifié la salle d’audience de "scène de crime" et la police néerlandaise a ouvert une enquête.

Il s’agissait de la dernière audience avant que le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) ne ferme définitivement.

À lire -> Ratko Mladic, "le Boucher des Balkans", a été condamné à la prison à perpétuité