Le Speech d’Ariel Cypel, cofondateur de l’Atelier des artistes en exil

"Dans le climat hostile à l’égard des réfugiés, il nous semblait important que la culture donne l’exemple."

Depuis le mois de septembre dernier, un lieu unique en son genre en France a ouvert ses portes au cœur du 18e arrondissement parisien. Appelée "l’Atelier des artistes en exil", cette structure de 1 000 mètres carrés propose temporairement et gratuitement des espaces de création aux artistes professionnels réfugiés. Salles de danse, studios de photographie, matériel de peinture, instruments de musique… Tous les outils sont à la disposition des réfugiés ayant besoin de retrouver un espace pour créer.

Actuellement, près de 150 artistes et réfugiés en provenance d’une quinzaine de pays bénéficient de cet espace qui a été mis en place par Ariel Cypel et Judith Depaule, qui dirigeaient il y a quelque temps le théâtre et espace culturel Confluences, à Paris. Les artistes qu’ils accueillent sont sculpteurs, cinéastes, chanteurs, peintres, architectes, poètes, pianistes… Et alors qu’ils sont loin de chez eux, ils ont enfin l’opportunité de s’exprimer de nouveau à travers leur art.

L’Atelier des artistes en exil organise, du 10 au 18 novembre, le festival Visions d’exil au musée national de l’histoire de l’Immigration à Paris (12e). Retrouvez toutes les infos sur le site et la page Facebook de l’atelier.

L’Atelier des artistes en exil. © Medhat Soody

© Medhat Moody

© Medhat Soody

© Medhat Soody

© Medhat Soody