En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

capture-decran-2017-04-20-a-12-28-39

Stéphane Ravier, sénateur FN, salue la mémoire des soldats "d'origine musulmane"

 Stéphane Ravier, sénateur Front national et maire du 7e arrondissement de Marseille, a pris la parole mercredi 19 avril lors du meeting de Marine Le Pen dans la cité phocéenne, évoquant les soldats "d'origine musulmane".

La candidate Front national à la présidence de la République française, Marine Le Pen, était en meeting dans la ville de Marseille mercredi 19 avril. À cette occasion, le maire FN du 7e arrondissement de la ville, Stéphane Ravier, a prononcé un discours au cours duquel il a déclaré :

"N'oublions jamais le sacrifice de tous ceux qui moururent pour que la France demeure libre, pour que la France demeure française. N'oublions pas non plus les héros de la Résistance à l'occupation allemande, au premier rang desquels l'officier de marine – déjà – Estienne d'Orves, ni ceux qui sacrifièrent leur vie pour la libération de Marseille en août 1944, les soldats de notre armée d'Afrique, qu'ils soient d'origine européenne ou musulmane."

"D'origine européenne ou musulmane"... L'expression est problématique car elle place la religion sur le même plan que la nationalité, un idée qui entre en contradiction avec l'idée même de laïcité, pourtant prônée par le Front national. Il peut s'agir d'une religion, d'une culture ou d'une confession mais pas d'une origine. Bon, c'est peut-être pas si grave me direz-vous ?

Là où c'est problématique, c'est qu'il utilise cette expression pour "saluer" leur mémoire. Il s'agit d'un "lapsus", il faut le rappeler, déjà fait par l'ancien ministre socialiste de l'Éducation nationale Vincent Peillon, qui avait fait exactement la même faute de langage lors du débat de la primaire de la Belle Alliance populaire. De nombreux internautes s'étaient alors demandé où se trouvait ce  fameux pays nommé Musulmanie. Les polémiques sur les "petites phrases" étant si nombreuses, notamment en période de campagne, qu'elles se chassent les unes les autres au fil des jours, les médias étaient rapidement passés à autre chose, accordant de facto la présomption de "malentendu" à Vincent Peillon.

Un adepte de la théorie du grand remplacement

Étant donné le contexte de la phrase dans lequel l'expression "d'origine musulmane" fut prononcée hier à Marseille, certains pourraient arguer qu'il s'agit là d'un acharnement contre le Front national et qu'il est malhonnête d'accuser Stéphane Ravier de mauvaises intentions... Ce serait oublier que ce même sénateur FN souscrit à la théorie du grand remplacement, un fantasme de l'écrivain Renaud Camus selon laquelle l'on chercherait à substituer à la population française, celle des "français de souche", une population d'origine non européenne, disons-le clairement : il s'agirait de remplacer les Français par des personnes en provenance du continent africain.

Il ne semble donc pas s'agir dans le cas de Stéphane Ravier d'une expression malheureuse, d'un lapsus ou d'une facilité de langue mais bel et bien d'un élément de langage entrant dans une stratégie de communication très simple : répéter à de nombreuses reprises cette formule laissant entendre que religion et nationalité vont forcément de pair est un moyen d'associer dans l'inconscient collectif, par des raccourcis d'esprit, des notions aussi différentes que l'immigration, la religion, l'islamisme radical et terrorisme. Et après on se retrouve à scander "on est chez nous".

Un passage à retrouver ci-dessous à partir de 1'33''39''' :

Image de couverture : © Twitter de Stéphane Ravier