En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La Tchétchénie voudrait "éliminer" tous les homosexuels du pays d’ici fin mai

Selon un député britannique, la Tchétchénie compte "éliminer" tous les homosexuels du pays d’ici le début du Ramadan, le 26 mai.

@http://www.kremlin.ru/

Ramzan Kadyrov préside la Tchétchénie depuis 2007. (© Kremlin/Wikimedia/CC)

Alors que plusieurs interviews d’homosexuels persécutés en Tchétchénie ont été dévoilées dernièrement –rapportant des tortures, électrocutions et humiliations – un député britannique affirme avoir été informé que cette république du Caucase comptait "éliminer" tous les homosexuels du pays d’ici la fin mai.

Sir Alan Duncan, député britannique et ministre d’État au Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth, s’est exprimé au Parlement britannique sur la question de la Tchétchénie le 20 avril. Il aurait eu accès à des informations confirmant ces persécutions et dévoilant leur ampleur. Selon The Independent, le député a expliqué que "[Ramzan Kadyrov] veut que la communauté gay soit éliminée d’ici le début du Ramadan", soit le 26 mai. Selon le député, c’est bien le président tchétchène qui est le principal responsable :

"Les groupes de défense des droits de l’homme rapportent que ces campagnes anti-gays et ces meurtres sont orchestrés par la tête de la république tchétchène, Ramzan Kadyrov."

Il faut dire qu’il n’en est pas à son coup d’essai en la matière, le député britannique soulignant ses précédentes "violentes campagnes", et expliquant que cette fois il vise la communauté homosexuelle du pays. Alan Duncan a qualifié ces actions de "profondément barbares" :

"Une des choses les plus écœurantes que j’ai vues est une source de la sécurité tchétchène déclarer que ces arrestations font partie de ce qu’il a appelé un nettoyage préventif."

Et si le député britannique rend sa position aussi claire que possible, Moscou a appuyé le démenti de la Tchétchénie. Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a en effet soutenu qu’aucune preuve n’appuyait les accusations, et qu’il n’y avait "aucune raison de douter des affirmations de M. Kadyrov selon lesquelles personne n’avait été persécuté pour son orientation sexuelle sous sa direction".

En France, après avoir organisé une manifestation à Paris pour réclamer "l’action des candidats à la présidentielle", l’asso Mag Jeunes LGBT a lancé une pétition pour demander "aux candidats, à l’Unesco et l’ONU d’agir".