En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pour Tony Blair, "il y a 30 % de chances" que le Brexit ne se produise pas

Pour l'ancien Premier ministre, le gouvernement de Theresa May va se heurter à l'opposition du Parlement.

© Tony Blair Institute for Global Change/Facebook

Depuis que 51,9 % des Britanniques ont voté en faveur du Brexit, une cohorte d’experts professe tout et son contraire. La plupart d’entre eux affirment que, quelle que soit l’issue des négociations entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni, le Brexit aura lieu. Mais un contradicteur de poids s’est invité dans le débat : Tony Blair. Pour l’ancien Premier ministre britannique (1997-2007), qui s’est exprimé à New York auprès de la chaîne Bloomberg TV, il y a "30 % de chances" pour que le Brexit n’ait pas lieu.

Tony Blair explique que les très mauvais résultats des conservateurs aux dernières élections législatives (ils se sont retrouvés sans majorité claire au Parlement) rendent presque impossible pour le parti de Theresa May la tâche de faire ratifier les plans de sortie de l’UE par le Parlement.

"Je pense qu’il existe environ 30 % de chances que la perspective [du Brexit] change, mais ça dépend beaucoup de la manière dont se développera le débat cette année", a déclaré Tony Blair. Il a ensuite précisé sa pensée au cours d’une seconde interview, écrit l’agence Bloomberg, expliquant que selon lui, il y avait effectivement 30 % de chances que le Brexit ne se produise pas du tout.

Manifestations en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’UE à Londres. (© Matthew Kirby/Konbini)

Tony Blair, qui est farouchement opposé au Brexit, a récemment affirmé que le Royaume-Uni avait la possibilité de contrôler sa politique migratoire sans pour autant sortir de l’Union européenne. S’exprimant au sujet des parlementaires ayant fait part de scepticisme vis-à-vis du Brexit, l’ancien Premier ministre a asséné :

"Le Brexit est une distraction, pas une solution aux problèmes que rencontre notre pays. Si des membres du Parlement pensent véritablement cela, alors ils ont l’obligation de trouver des solutions en rapport avec les véritables intérêts et problèmes des gens, et pas de voter le Brexit qui va en fait ne rien faire d’autre que nous éloigner de ces solutions."

Traduit de l’anglais par Dario

À lire -> Brexit : le Royaume-Uni envisage de limiter l’immigration européenne dès 2019

Writer and photographer from South London, UK. If you want to get in touch please email me at: matthew.kirby@konbini.com