En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Tous les membres du Congrès américain devront suivre des stages sur le harcèlement sexuel

Le mercredi 29 novembre, la Chambre des représentants a voté une résolution visant à rendre obligatoire un stage de lutte contre le harcèlement sexuel pour tous les élus du Congrès, ainsi que pour leurs collaborateurs.

(© Lawrence Jackson/Wikimedia/CC)

Mercredi 29 novembre, la Chambre des représentants a emboîté le pas au Sénat, en votant une loi rendant obligatoire le suivi d’une formation visant à lutter contre le harcèlement sexuel dans les rangs du Congrès, comme le rapporte le site américain BuzzFeed. Le 9 novembre, les sénateurs avaient voté en faveur d’une résolution similaire.

Les 535 élus qui composent la Chambre des représentants et le Sénat, ainsi que toutes les personnes travaillant avec eux, devront donc suivre ce stage. Le vote de cette loi constitue une avancée de taille, surtout alors que les affaires de harcèlement sexuel impliquant des élus se multiplient outre-Atlantique.

En effet, en début de semaine, le doyen de la Chambre des représentants, le démocrate John Conyers, a été contraint d’annoncer qu’il n’allait pas essayer de se faire réélire en 2018, à la suite d’accusations de harcèlement sexuel, comme le rapporte LCI.

"Nous sommes au cœur d’une révolution culturelle"

Cette nouvelle loi est le fruit du travail d’une députée démocrate et d’une députée républicaine, Jackie Speier et Barbara Comstock. "C’est un problème bipartisan… c’est une loi bipartisane parce que les comportements déplacés transcendent les partis politiques", a souligné Barbara Comstock. Jackie Speier ajoute :

"Le projet de loi adopté aujourd’hui est une avancée importante, mais ne nous voilons pas la face, c’est un tout petit pas… Nous sommes au cœur d’une révolution culturelle.

Nous avons été élus pour représenter le peuple américain et nous ne devons pas hésiter à faire tout ce qui est nécessaire pour réparer un système déficient."

Dans les faits, tous les membres du Congrès et leurs équipes devront participer à ce stage dès 2018. L’idée pourrait aussi faire son chemin en France. Depuis qu’une ex-assistante parlementaire a révélé l’existence d’une liste noire recensant les députés aux comportements déplacés, des messages de prévention ont fait leur apparition dans les ascenseurs de l’Assemblée.

À lire -> Thierry Solère embarrasse LREM en s’accrochant à son poste de questeur de l’Assemblée nationale