En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Tensions diplomatiques entre les États-Unis et le Pakistan après un tweet de Donald Trump

Donald Trump a menacé de supprimer l’aide financière des États-Unis au Pakistan. L’ambassadeur David Hale a été convoqué par les autorités pakistanaises, laissant entrevoir les symptômes d’une crise diplomatique endormie.

Donald Trump à Washington le 15 décembre 2017. (Photo by Carolyn Van Houten/The Washington Post via Getty Images)

En 2012, le politologue français Christophe Jaffrelot comparait la relation qui unit le Pakistan aux États-Unis à celle d’un "patron et son client au bord de la rupture". Après plusieurs années d’un partenariat géopolitique et économique compliqué, la rupture pourrait bien advenir en ce début d’année 2018 avec la menace, lancée le 1er janvier sur Twitter par Donald Trump, de ne pas renouveler l’aide financière des États-Unis au Pakistan.

En effet, estimant que le pays du sous-continent indien ne déploie pas assez de moyens pour contrer le terrorisme et l’accusant d’aider les talibans en Afghanistan, Donald Trump a indiqué qu’il pourrait couper les vivres au Pakistan :

"Les États-Unis ont bêtement donné plus de 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces quinze dernières années, et ils ne nous ont rien donné d’autre que des mensonges et des tromperies, prenant nos dirigeants pour des idiots.

Ils ont donné un abri aux terroristes que l’on pourchasse en Afghanistan, sans grande aide. Stop !"

"Les États-Unis ne nous ont rien donné, à part des invectives et de la méfiance"

Le président américain avait auparavant déclaré en décembre dernier : "Nous versons des sommes énormes chaque année au Pakistan. Il faut qu’ils nous aident." Deux mois plus tôt, il avait déjà suspendu 50 millions de dollars d’aide militaire, arguant : "Le Pakistan a beaucoup à gagner en collaborant à nos efforts en Afghanistan. Il a beaucoup à perdre en continuant à abriter des terroristes. Cela doit changer et cela va changer immédiatement !"

Donald Trump a donc mis sa menace à exécution. Le Pakistan a immédiatement réagi, convoquant dans la soirée du 1er janvier l’ambassadeur américain au Pakistan, David Hale. Aucune information au sujet de cette rencontre n’a pour l’instant été communiquée.

En revanche, comme le rapporte Le Monde, le ministre de la Défense pakistanais, Khurram Dastgir-Khan, a répliqué et déploré n’avoir reçu que "des invectives et de la méfiance" de la part des États-Unis en retour de l’aide fournie pour "décimer" Al-Qaida :

"[Le Pakistan] a donné gratuitement accès aux États-Unis à son espace aérien et terrestre, des bases militaires et une coopération en matière d’intelligence qui ont décimé Al-Qaida depuis seize ans, mais ils ne nous ont rien donné en échange, à part des invectives et de la méfiance."

À lire -> Alors qu’une vague de froid déferle sur les États-Unis, Trump blague sur le réchauffement climatique