En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, le Hamas appelle à l’intifada

Une réunion d’urgence a été demandée par 8 des 15 pays que compte le Conseil de sécurité des Nations unies.

Washington, le 6 décembre : Donald Trump vient de signer le décret par lequel les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël. (© Jabin Botsford/The Washington Post via Getty Images)

Jeudi 7 décembre, en réponse à la reconnaissance officielle de Jérusalem comme étant la capitale d’Israël par les États-Unis, le Hamas a appelé à une "intifada". Ce mot arabe signifiant "soulèvement" fait particulièrement référence, comme le rappelle le Huffington Post, à "deux révoltes des Palestiniens contre ce qu’ils considèrent comme une occupation israélienne", l’une en 1987 et l’autre en 2000. Selon le Hamas, il s’agit du seul moyen de "faire face à la politique sioniste soutenue par les États-Unis".

Une réunion d’urgence a été demandée par 8 des 15 pays que compte le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) : la Suède, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, la Bolivie, l’Uruguay, l’Égypte et le Sénégal. Elle se tiendra vendredi 8 décembre au matin.

"La France n’approuve pas la décision des États-Unis"

Seul Israël semble saluer cette décision de Washington. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a déclaré que cette décision géopolitique majeure fait désormais du 6 décembre un "jour historique". Le chef du gouvernement israélien est allé jusqu’à affirmer que le nom de Donald Trump "s’affichera avec fierté au côté d’autres noms dans l’histoire glorieuse".

Unanimement, la communauté internationale, à l’instar de la Turquie, l’Allemagne ou encore la Jordanie, s’est désolidarisée des États-Unis. Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a réagi en déclarant : "Prendre une telle décision met le monde, et spécialement la région, dans un cercle de feu."

En France, le président Macron a indiqué qu’il n'"approuv[ait] pas la décision des États-Unis" :

"Sur Jérusalem, la France n’approuve pas la décision des États-Unis. La France soutient la solution de deux États, Israël et la Palestine, vivant en paix et en sécurité, avec Jérusalem comme capitale des deux États.

Nous devons privilégier l’apaisement et le dialogue."

À lire -> Quand Donald Trump veut clasher Theresa May sur Twitter mais tague la mauvaise personne