En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Une station de train de Jérusalem portera le nom de Donald Trump

"Prochain stop : Donald John Trump Station."

Benyamin Netanyahou et Donald Trump en mai 2017 à Jérusalem. (© Kobi Gideon/GPO via Getty Images)

Le gouvernement israélien a l’art et la manière de dire merci. Ce mercredi 27 décembre, on a ainsi appris que le président des États-Unis, Donald Trump, allait avoir l’honneur de voir une station de train baptisée à son nom à Jérusalem. Une décision pour le moins surprenante, qui vise à remercier le président des États-Unis pour sa décision très controversée de déplacer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, et de reconnaître ainsi la ville sainte comme capitale de l’État d’Israël.

"Le mur des Lamentations est l’endroit le plus sacré pour le peuple juif et j’ai décidé de donner à la station de train la plus proche le nom du président Trump, après sa décision courageuse et historique de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël", a déclaré le ministre des Transports israélien, selon Paris Match.

En Israël aussi, l’heure est aux grands travaux d’aménagement du territoire. Parmi les grands projets en chantier : le prolongement de la future ligne à grande vitesse entre Tel Aviv et Jérusalem, jusque dans le quartier de la vieille ville. C’est là, à quelques dizaines de mètres du mur des Lamentations, que sera installée la future station baptisée "Donald John Trump", qui reprendra le nom complet du 45e président des États-Unis.

Une décision controversée

En mai dernier, lors de sa visite en Israël, Donald Trump avait été le premier président américain en exercice à se recueillir au mur des Lamentations. Le 6 décembre, il avait provoqué la stupeur en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, remettant en cause des décennies de statu quo. Cette décision a été condamnée à une large majorité par l’Assemblée générale des Nations unies le 21 décembre.

Quelques autres États soutiennent Israël, à l’image du Guatemala qui a emboîté le pas aux États-Unis le 24 décembre dernier en annonçant le transfert de son ambassade à Jérusalem, et pourrait être suivi par d’autres pays.

À lire -> Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, le Hamas appelle à l’intifada