En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Victoire en demi-teinte pour les nationalistes corses alors que le scrutin enregistre un record d’abstention

Dimanche 3 décembre, la liste nationaliste corse a remporté haut la main le premier tour des élections territoriales.

Manifestation nationaliste à Ajaccio le 20 juillet 2003. (© S020/Gamma-Rapho via Getty Images)

La victoire des nationalistes corses aux élections territoriales du dimanche 3 décembre n’est pas si surprenante. Les velléités d’indépendance de l’île de beauté sont depuis longtemps connues de tous, très certainement réveillées tout récemment par le référendum d’indépendance en Catalogne.

Personne toutefois n’avait anticipé une victoire aussi écrasante : la liste Pè a Corsica ("Pour la Corse") a remporté 45,36 % des voix.

"Le score final, il est évident que c’est une véritable lame de fond, un véritable raz de marée démocratique, qui vient confirmer et amplifier ce qui s’est passé en décembre 2015 avec la victoire des nationalistes", a réagi dimanche soir le président exécutif du conseil de Corse Gilles Simeoni.

Cette figure emblématique du mouvement indépendantiste corse avait passé un accord avec les autonomistes pour créer une liste commune. Ils ont été élus sur un programme prévoyant de poser les bases d’ici trois ans d’une autonomie renforcée et sa mise en œuvre effective d’ici dix ans comme le rapporte Le Monde.

Ces nouvelles élections territoriales se déroulent seulement deux ans après les élections régionales de décembre 2015. Dès janvier 2018 les deux départements corses vont fusionner pour créer une collectivité unique.

Le FN grand perdant du scrutin

La droite régionaliste est arrivée en deuxième position, loin derrière, avec 15 % des voix, suivie par La République en Marche. Seules ces trois listes sont qualifiées pour le second tour qui se déroulera ce dimanche 10 décembre.

Le grand perdant de l’élection reste le Front national qui ne passe pas la barre du deuxième tour.

À noter toutefois que l’élection a enregistré un nombre record d’abstentions : seulement 53 % des 234 000 électeurs corses ont voté, soit 7 points de moins que lors du scrutin de décembre 2015.

La collectivité promise aux nationalistes dimanche prochain ne siégera que jusqu’en 2021, date à laquelle les Corses revoteront, comme tous les Français, pour les régionales.

À lire -> Un marché de Noël 100 % corse débarque sur le rooftop parisien Communion