En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : quand François Fillon se permet d'adresser une remarque sexiste à Léa Salamé

Lors de son "grand oral" sur France 2 jeudi 20 avril, François Fillon s'est autorisé une remarque déplacée sur le récent congé maternité de la journaliste. 

C'est avec le regard condescendant et un soupçon de dédain que François Fillon s'est efforcé d'écouter la question de Léa Salamé concernant son changement de position sur la Sécurité sociale. "Une fois élu à l'issue de la primaire, vous semblez avoir changé d'avis", rappelle la journaliste. "Alors que veut faire François Fillon, est-ce que vous voulez privatiser la Sécurité sociale...", énonce-t-elle, avant de se faire sèchement couper par le candidat de la droite, apparemment impatient de lui répondre.

"Je comprends que vous me posiez cette question, parce que vous avez été absente quelque temps et je me permets de vous en féliciter", lui rétorque-t-il, narquois. François Fillon fait ici référence au (plutôt court) congé maternité de la journaliste. Gênée, Léa Salamé esquisse un sourire forcé.

"J'ai déjà répondu vingt fois, y compris sur ce plateau à cette question", objecte-t-il, ne laissant pas la journaliste parler. "On est à trois jours du vote", intervient-elle, essayant de lui dire qu'il est important que les Français comprennent sa position sur une question essentielle, mais Léa Salamé n'a pas le temps de continuer, François Fillon coupant le débat d'un "c'est extrêmement clair".

Un aveu de misogynie peu étonnant

Voilà donc qu'un homme politique, se présentant à la présidence de la République, répond à une question posée par une journaliste, en pointant du doigt sa grossesse. Un aveu de misogynie peu étonnant de la part de François Fillon. Rappelons que lorsqu'il était Premier ministre, il avait refusé un maroquin à Nathalie Kosciusko-Morizet parce qu'elle attendait un enfant. "Tu ne seras pas ministre car tu es enceinte", lui avait alors clairement dit François Fillon.

Face à l'attitude méprisante du candidat Les Républicain, David Pujadas est resté impassible, comme si de rien n'était. Mais heureusement, la remarque sexiste de François Fillon n'a pas laissé indifférents les internautes, qui ont immédiatement dénoncé son comportement…