En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : le spot choc d’Emmaüs va vous faire voir la plage autrement

"L’horreur ne prend jamais de vacances."

"L’horreur ne prend jamais de vacances", lance tragiquement cette vidéo choc réalisée par Emmaüs. Alors que les milliers de touristes désertent leur ville pour se rendre sur le sable chaud des plages du sud de la France, l’association rappelle que "chaque année, plus de 3 000 hommes, femmes et enfants meurent noyés en Méditerranée."

Des membres d’Emmaüs traverseront le détroit de Gibraltar à la nage

Cette vidéo, qui ne vous laissera pas indemne, est "le premier acte d’une campagne de mobilisation citoyenne qui se prolongera durant tout l’été", explique l’association française sur sa page Facebook. La dernière action aura lieu entre les 4 et 10 septembre prochains. Pour interpeller les pouvoirs publics et tous les citoyens sur la question des réfugiés, une cinquantaine de bénévoles et salariés du mouvement Emmaüs vont traverser le détroit de Gibraltar à la nage et en kayaks, comme le font chaque année des milliers de réfugiés politiques et économiques, qui fuient la guerre et la misère de leur pays.

Emmaüs parle d’une "traversée militante" qui aura pour but de rendre hommage "aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée." Ces eaux de la mort, des milliers de touristes y font trempette chaque année. Emmaüs, durant tout l’été et en partie grâce à cette vidéo, tente de les interpeller. Alors que certains s’y amusent, n’oublions pas que d’autres s’y sont noyés et que le cauchemar continuera si nous ne faisons rien. À travers ce message violent mais bien réel, l’association veut qu’enfin, l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme soit appliqué.

Il stipule que "toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État", et aussi que "toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays." Or les membres de l’Union européenne laissent ces enfants, ces femmes et ces hommes livrés à eux-mêmes en mer Méditerranée, les empêchant même de traverser. Le 6 juillet dernier, Amnesty International dénonçait l’inaction des pouvoirs publics européens face à ces milliers de morts dans les eaux de nos frontières. Ces six derniers mois, plus de 2 000 migrants ont péri en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe.

À lire -> Amnesty dénonce l’inaction de l’Europe face aux morts de migrants en Méditerranée