En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : pris de court, 38 députés n’ont pas eu le temps de voter sur la prorogation de l’état d’urgence

Il y a ceux qui étaient absents et ceux qui n’ont pas eu le temps d’appuyer sur le bouton…

Bug à l’Assemblée nationale. Jeudi 6 juillet, les députés étaient appelés à voter sur la sixième et dernière loi relative à la prorogation de l’état d’urgence. C’était le tout premier vote de cette nouvelle Assemblée. Sauf qu’au total ils ne sont que 150 à s’être exprimés : 137 députés ont voté pour et 13 ont voté contre, comme le stipule l’analyse officielle du scrutin. Mais où étaient donc passés les 427 autres députés, soit tout même plus des trois quarts de l’Assemblée nationale ? Au total, 389 de ces parlementaires étaient aux abonnés absents. Pendant ce temps-là, 38 députés étaient bel et bien présents dans l’hémicycle… mais ils n’ont pas pu voter, faute de temps.

Après avoir débattu sur le projet de loi, les députés étaient appelés à voter. "Nous allons donc procéder au scrutin puisqu’il a été annoncé largement depuis plus de cinq minutes. Je vous prie de bien vouloir regagner vos places, si ce n’est déjà fait", prévient François de Rugy, le nouveau président de l’Assemblée, comme on peut le voir dans cette vidéo du Huffington Post.

À peine trois secondes après l’ouverture du vote, François de Rugy annonce la fin du scrutin. N’ayant pas encore le pouvoir de se téléporter, certains députés n’ont donc pas tous pu appuyer sur les boutons "pour", "contre" ou "abstention". À cet instant, des bruits de protestation se font entendre dans l’hémicycle, ce qui amuse François de Rugy. C’est alors que la scène devient presque ubuesque.

"Vous n’avez pas eu le temps d’appuyer sur le bouton ?"

"Vous n’avez pas eu le temps d’appuyer sur le bouton ?", rit à moitié le président de l’Assemblée, avant de conclure "qu’il y a largement les suffrages" et d’annoncer aussitôt les résultats. "L’Assemblée nationale a donc adopté le projet de loi", termine-t-il. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, prend ensuite la parole et remercie les députés pour le débat. Pendant ce temps, les députés retardataires se sont plaints de ne pas avoir pu voter. François de Rugy leur rappelle alors qu’ils peuvent aller se signaler auprès des services de l’Assemblée s’ils n’ont pas eu le temps de voter ou s’ils se sont trompés.

C’est ainsi que l’on découvre sur le site de l’Assemblée, des "mises au point" mentionnant les votes des 38 députés qui n’ont pas eu le temps d’appuyer sur le bouton. Du côté de La République en marche (LREM) on trouve 35 députés "qui ont fait savoir qu’ils avaient voulu voter pour", explique le site l’Assemblée. Deux députés, dont Jean-Luc Mélenchon, "ont fait savoir qu’ils avaient voulu voter contre", et une n’a pas pris part au scrutin. Heureusement, le résultat final en reste inchangé.

Capture écran de la note de l'Assemblée nationale relative au vote du 6 juillet 2017.

Capture d’écran de la note de l’Assemblée nationale sur le vote du 6 juillet 2017.