En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Russie : Vladimir Poutine sera bien candidat à un quatrième mandat présidentiel

L’élection présidentielle russe arrive à grands pas et Vladimir Poutine a manifestement coché la date dans son calendrier.

Le 6 décembre, Vladimir Poutine a annoncé sa candidature en direct à la télévision lors d’une rencontre avec des ouvriers à Nijni-Novgorod. (© Mikhail Svetlov/Getty Images)

Hier encore, le président de la Fédération de Russie s’amusait à entretenir le mystère. Sans grande surprise, il a finalement annoncé mercredi 6 décembre qu’il était officiellement candidat à sa propre succession, comme le rapporte Europe 1.

Vladimir Poutine brigue donc un quatrième mandat présidentiel. Il avait déjà occupé ce poste par intérim de 1999 à 2000 alors qu’il était président de gouvernement (l’équivalent du Premier ministre), avant d’être lui-même élu de 2000 à 2008, puis réélu en 2012 en réunissant plus de 63 % des voix dès le premier tour.

Le scrutin de mars 2018 sera le septième depuis la création de la Fédération de Russie en 1991. S’il est élu, Vladimir Poutine restera en poste jusqu’en 2024. Depuis une réforme constitutionnelle de 2008, la durée du mandat présidentiel est en effet passée de quatre à six ans.

Aucune réelle opposition

Ce mardi 5 décembre, l’ancien officier du KGB s’amusait encore à alimenter le suspense autour de sa candidature. Lors d’une intervention retransmise à la télévision il bottait en touche : "Puisque vous me posez la question, j’ai une question à vous poser : si jamais [je me présentais], vous, me soutiendrez-vous ?" demandait-il devant une foule de sympathisants conquis.

Pour beaucoup de commentateurs, aucun candidat ne peut faire le poids face à "l’ours de la Taïga". Le seul en mesure de lui tenir tête aurait été l’opposant au régime Alexeï Navalny, sauf que bien évidemment la justice russe lui a interdit de se présenter à cette élection.

Parmi les autres candidats probables ou déclarés, figurent un membre du Parti communiste et le président du très nationaliste Parti libéral-démocrate (LDPR) ainsi que l’ex-star de la téléréalité Ksenia Sobtchak. Ces adversaires, considérés par beaucoup comme des faire-valoir, voire des figurants, laissent peu de doute quant à l’issue de l’élection.

À lire -> Michael Flynn, ancien conseiller de Trump, inculpé dans l’affaire de l’ingérence russe