"Vous pourriez être ma mère" : la remarque d’un député LR à la présidente de la commission des lois

On en connaît un qui aurait dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler !

Ce mercredi 24 janvier au soir, la commission des lois de l’Assemblée nationale s’apprêtait à examiner le rapport copiloté par Robin Reda, député Les Républicains (LR) de l’Essonne, et Éric Poulliat, député La République en marche (LREM) de Gironde.

Leur travail portait sur un projet de loi visant à sanctionner d’une amende forfaitaire l’usage de stupéfiants. Sauf que ledit rapport avait fuité dans la presse avant même d’avoir été remis aux membres de la commission.

Une faute que la présidente de la commission, Yaël Braun-Pivet, a attribuée aux chargés du projet. Aussi, la députée LREM a-t-elle commencé par faire un rappel au règlement, spécialement adressé aux deux élus : "Je tiens à leur rappeler un certain nombre de règles dont ils ont estimé pouvoir s’absoudre."

Manifestement très remontée, elle a jugé leur attitude "déloyal[e]" et "pas courtois[e]". Et pour cause, dans la scène capturée par les caméras de la chaîne LCP, Yaël Braun-Pivet révèle avoir reçu, deux heures avant la séance, un SMS d’un média lui demandant de suspendre la commission des lois pour que l’un des deux rapporteurs puisse aller en plateau. "Je trouve cela particulièrement scandaleux", a-t-elle ajouté.

"J’adore vos réflexions misogynes, M. Reda"

Ce petit rappel à l’ordre n’a pas été au goût de Robin Reda, qui a rétorqué : "Merci pour ce rappel à l’ordre quasi maternel." Une manière grossière et sexiste de souligner la différence d’âge entre le député LR de 26 ans et la présidente de la commission, de vingt et un ans son aînée.

"J’adore vos réflexions misogynes, M. Reda", lui a-t-elle alors répondu du tac au tac, ce qui n’a pas empêché ce dernier de continuer sur la même ligne : "Non, je dis ça parce que vous pourriez être ma mère."

Il a ensuite tenté de se justifier piteusement sur ses sorties dans la presse, arguant que son rapport n’était pas une priorité pour la commission. "C’est extrêmement déloyal", a répliqué Yaël Braun-Pivet, affirmant qu’une date initiale, en décembre, avait été repoussée à sa demande.

Plusieurs personnalités politiques ont immédiatement réagi sur Twitter, à l’image de Marlène Schiappa.

Ce jeudi 25 janvier, le député LR de l’Essonne a fini par présenter ses plus plates excuses. Et qu’on ne l’y reprenne plus !

À lire -> Cannabis : Collomb annonce une amende forfaitaire pour les consommateurs