En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Yémen : le Comité international de la Croix-Rouge parle d’un pays qui a besoin de "soins intensifs"

Mercredi 6 décembre, le Comité international de la Croix-Rouge a une nouvelle fois alerté au sujet de la situation au Yémen. En conséquence, le CICR demande que des "mesures audacieuses" soient prises.

(© Giles Clarke for UN OCHA/Getty Images)

Le Comité international de la Croix-Rouge, une institution mondiale qui œuvre avec le but d’apporter une solution humanitaire à des conflits d’urgence, a élevé la voix mercredi 6 décembre pour mettre en lumière la situation dramatique qui touche le Yémen, évoquant un pays "qui a besoin de soins intensifs" :

"Ce pays a été alimenté par perfusion pendant deux ans. Il a besoin de soins intensifs."

Le CICR demande à la communauté internationale de prendre ses responsabilités en adoptant des "mesures audacieuses". D’après les propos du chef régional des opérations au sein du CICR, Robert Mardini, rapportés à l’AFP, la situation s’est nettement aggravée au Yémen :

"Au cours des derniers jours, Sanaa a connu les combats les plus violents depuis le début du conflit en mars 2015. […]

Les hôpitaux de Sanaa qui manquent de carburant pour faire fonctionner les générateurs et de médicaments ont cruellement besoin de notre aide."

"L’aide humanitaire est politisée"

Peu optimiste, M. Mardini considère "qu’il n’y a malheureusement pas de fin en vue pour les souffrances du peuple yéménite" et demande donc "d’arrêter la tragédie" en prenant des mesures efficaces. Il met également en lumière un système humanitaire mal en point :

"L’aide humanitaire est politisée et utilisée comme monnaie d’échange, ce qui est inacceptable, illégal et immoral."

Depuis mars 2015, la guerre au Yémen a fait plus de 8 750 morts et l’assassinat lundi 4 décembre de l’ancien président yéménite, Ali Abdallah Saleh, n’a pas aidé à apaiser les tensions dans le pays.

À lire -> Yémen : l’ancien président Ali Abdallah Saleh a été assassiné